Le programme d’Eric Zemmour pour la Présidentielle 2022

  • 0

Le programme d’Eric Zemmour pour la Présidentielle 2022

Dans notre série d’articles consacrée à la présentielle 2022, retrouvez notre première analyse concernant le programme et les idées d’Eric Zemmour pour l’élection présidentielle.
Eric Zemmour, son programme pour la présidentielle

Positionnement politique

Eric Zemmour se revendique de droite en héritier du mouvement du Rassemblement pour la République (RPR) (1976-2002) et se dit « favorable à une synthèse gaulliste de droite », entre les classes populaires et les classes moyennes et aisées.

Identité française

Eric Zemmour axe la majeure partie de son programme politique sur l’identité française et la « survie du peuple français ». Il a rappelé à plusieurs reprises que, contrairement à ce que ses détracteurs lui reprochent, il n’est ni « raciste » ni « xénophobe » mais qu’il entend simplement « défendre la culture, l’identité et les mœurs » de la France pour que « la France reste la France ».

Eric Zemmour affirme être contre le « grand remplacement » de la civilisation française, de « culture chrétienne et de tradition gréco-romaine depuis 1500 ans », par une civilisation islamiste, « antagoniste » et qui ne partage pas les « mêmes valeurs ». Il définit ce remplacement comme un « processus inexorable démographique qui fait qu’une population remplace une autre, qu’une civilisation remplace une autre » et cite en exemple les « territoires conquis par l’islamisme » dans les banlieues françaises, qu’il compare aux « concessions étrangères » dans la Chine du XIXe et XXe siècles, ou encore « le processus d’islamisation du Kosovo » débuté au XVIIIe siècle.

Laïcité

Selon Eric Zemmour, « l’islam est incompatible avec la France » et notamment sa devise « liberté, égalité, fraternité », ce qui implique que l’islam doit faire des « accommodements raisonnables » avec la France, alors que depuis quarante ans, c’est « la France qui a fait des accommodements raisonnables avec l’islam ». Toutes les religions en France doivent donc « christianiser » comme l’a fait le judaïsme par le passé.

Concernant les lieux de culte, l’essayiste annonce vouloir « arrêter la multiplication des mosquées en France » et « interdire les financements étrangers pour les édifices religieux ».

Enfin, il est favorable à l’interdiction des signes religieux ostentatoires dans l’espace public.

Immigration

Eric Zemmour défend donc « l’assimilation » des populations immigrées en France plutôt que la simple « intégration », c’est-à-dire pour les populations musulmanes de « devenir Français et s’arracher à la conception traditionnelle et juridico-politique de l’islam ». Il indique par exemple qu’il faut « donner un premier prénom français à ses enfants » pour montrer qu’on veut que ses enfants fassent partie de la France.

Eric Zemmour veut également « restreindre les flux migratoires, expulser les clandestins et limiter au maximum l’immigration régulière », y compris pour les étudiants dont les situations seront étudiées « au goutte à goutte ».

Sécurité et justice

Zemmour déclare vouloir une « justice qui condamne les délinquants et pas la pensée ».

Il propose ainsi pêle-mêle d’expulser tous les délinquants étrangers, qui représentent 25% des places de prison, ne plus reconduire automatiquement les titres de séjour et de supprimer « l’immigration familiale » soit environ 90 000 personnes par an. Dans son programme, il déclare également vouloir supprimer le « droit du sol », lutter contre les agressions faites aux femmes et expulser les étrangers coupables de ce type d’agressions et, enfin, étendre la déchéance de nationalité à de nombreux crimes et délits et déchoir de leur nationalité française tous les binationaux qui sont délinquants.

Eric Zemmour se montre également favorable à la modification de la loi sur la légitime défense pour les policiers, qui sont, selon lui, encadrées par des règles beaucoup trop « sourcilleuses ». L’Etat doit avoir le « monopole de la violence légitime » et c’est le rôle de l’Etat et de la police de « rétablir l’ordre et la sécurité » avec la plus « grande fermeté ».

Enfin, dénonçant le « laxisme » de la justice, Zemmour veut « contraindre les juges à émettre les peines », qui sont le plus souvent inappliquées par « idéologie » ou par « manque de places en prison », à la grande « fureur » des policiers.

Economie

Eric Zemmour veut lutter contre le « déclin économique » de la France et constate que la « désindustrialisation et le libre-échange mondial ont appauvri la France ».

Dans son programme pour la présidentielle, il assume une « politique favorable aux entreprises et au travail » et propose donc de « réindustrialiser et relocaliser » pour produire « de nouveau » en France. Pour y parvenir, il se dit notamment ouvert à « rediriger l’épargne des livrets A vers l’industrie ».

Il assume également une forme de protectionnisme en refusant de « signer de nouveaux accords de libre-échange » ou encore en étant « très favorable » à la taxe carbone pour protéger l’économie française, notamment contre la Chine.

Pour Zemmour, l’Etat ne doit pas « tout décider et tout diriger » en matière économique. En particulier, il ne doit pas « déterminer les domaines essentiels » mais plutôt encourager l’innovation en finançant et soutenant les entrepreneurs.

Union européenne

Eric Zemmour se montre critique vers l’Union européenne et ses institutions et affirme que « l’Europe telle qu’elle est conçue aujourd’hui, est une malchance » pour la France.

Il n’est en revanche pas favorable à la sortie du « grand marché » européen qui est « l’un des seuls avantages de l’Europe », ni non plus à la sortie de l’euro car cela « aggraverait les problèmes de l’économie française ».

Eric Zemmour souhaite par contre « rendre au droit français sa primauté sur le droit européen » et « reprendre des pans de notre souveraineté à Bruxelles et aux juges ».

Il dénonce également l’illusion du « pseudo-couple franco-allemand », à qui la France sacrifie « tout » et critique le concept d’autonomie stratégique européenne, promu par Emmanuel Macron, qu’il considère comme une « chimère ». En effet, l’Allemagne étant « soumise » aux Etats-Unis et la France étant soumise à l’Allemagne, cela a conduit la France, pour suivre l’Allemagne, « à se soumettre aux Etats-Unis ».

Diplomatie et politique étrangère

Constatant également qu’une « nouvelle partie commence sur le grand échiquier géopolitique du monde » et que « les cartes sont rebattues », Eric Zemmour considère que la France ne peut pas se contenter d’être « un simple pion ». La France doit « redevenir une puissance d’équilibre ». Mais pour rester une grande puissance, la France doit s’en donner les « moyens économiques, diplomatiques et stratégiques ».

Ainsi, la politique d’étrangère française doit dorénavant « se décider à Paris et conformément à nos intérêts » et viser « la défense des intérêts français à l’étranger » et non plus « faire la morale au monde entier ». Pour que la France retrouve également « une voix indépendante », Zemmour affirme que la France doit sortir du commandement militaire intégré de l’OTAN et « normaliser » ses relations avec la Russie.

Par ailleurs, la France doit se préparer aux futures vagues migratoires et « faire face » au bouleversement démographique et civilisationnel qui la menace. L’essayiste incite donc à « traiter la question de la démographie avec les Africains » et « au plus vite » dans une « relation saine débarrassée des courbettes mémorielles de la repentance qui minent notre unité nationale et nous décrédibilisent sur la scène internationale ».

Enfin, pour l’essayiste, « la Nouvelle-Calédonie doit absolument rester française ».

Défense

En matière de défense, Éric Zemmour considère que la politique étrangère française doit s’appuyer sur ses forces armées et cite en exemple Bismarck pour qui « la diplomatie sans les armes, c’est la musique sans les instruments ». Il propose ainsi d’augmenter « massivement » le budget de la défense, en le portant à 60 milliards d’euros par an à partir de 2025, soit une hausse de plus de 50 % par rapport au budget de défense de 2021 qui était de 39 milliards d’euros.

La Marine nationale doit aussi être « au cœur des préoccupations » et doit pouvoir compter en 2040 sur « de nouvelles frégates et de nouveaux porte-avions ». Par ailleurs, Zemmour se montre favorable à des programmes d’armements conjoints avec des alliés « s’il le faut » pour concevoir les chars et les avions du futur mais en étant vigilants à ne plus « se faire voler les secrets de nos brillants ingénieurs ».

Enfin, Zemmour veut « réparer une aberration » et propose que l’Etat mette les « bouchées doubles » pour relancer une filière nationale de production d’armes et de munitions de petit calibre.

Système social

Eric Zemmour dresse le constat d’un système social français « dispendieux et hyper-généreux », « ouvert aux quatre vents » et au « monde entier » qui a contribué directement au déclin économique français, via les hausses d’impôts et de charges pour les entreprises.

Pour permettre de maintenir la générosité du système social actuel auquel les Français sont « attachés », Eric Zemmour propose de « réduire la voilure sociale » en faisant en sorte que la « solidarité nationale redevienne nationale ». Il souhaite donc supprimer les allocations de solidarité pour les étrangers, y compris pour les étrangers en situation régulière sur le territoire français. Cela signifie que les allocations logement, les allocations familiales, le minimum vieillesse et le RSA seront dorénavant réservées aux personnes de nationalité française. Cela implique également la suppression de l’Aide Médicale de l’Etat, dispositif permettant aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d’un accès gratuit aux soins.

Déplorant aussi la politique familiale écornée par le gouvernement de François Hollande, l’essayiste souhaite « revenir aux allocations familiales identiques pour tous les Français », quels que soient leurs revenus.

Retraites

Sur la question des retraites, Eric Zemmour se déclare favorable dans son programme pour la présidentielle au report « progressif » de l’âge légal de la retraite, par exemple « jusqu’à 64 ans en 2030 ». Il est également pour un « alignement » des régimes de retraites, notamment entre le public et le privé.

En revanche, il souhaite imposer aux entreprises un « système de bonus/malus » pour empêcher les entreprises de licencier des séniors avant la retraite.

Fiscalité

En restreignant les aides sociales aux Françaises et Français tout en augmentation la lutte contre la « fraude sociale » estimée à plusieurs dizaines de milliards d’euros par an, Eric Zemmour déclare ainsi que cela permettra de « diminuer les prélèvements obligatoires et les impôts ». L’objectif est donc d’« alléger les charges » pour s’aligner sur la « moyenne des pays européens» et rendre les entreprises françaises plus compétitives. Enfin, il ne s’interdira pas de « faire pression » auprès des grandes entreprises pour qu’elles rapatrient des usines en France.

Sur le sujet de la dette, Eric Zemmour s’engage à ce que la France continue à « rembourser sa dette ».

Emploi

Sur la thématique de l’emploi, Eric Zemmour souhaite « revaloriser les salaires » pour les emplois les plus précaires, par exemple en réduisant les charges sociales pour les plus bas salaires pour augmenter le salaire net.

Il indique aussi vouloir mettre l’accent sur la « formation professionnelle » notamment pour faire face aux emplois non pourvus en France, actuellement estimés entre 500 000 et 1 million de postes.

Santé

Eric Zemmour se déclare « contre le numerus clausus dans les hôpitaux », véritable « scandale », qui a empêché de jeunes Français d’être médecins et a conduit la France à aller chercher des médecins étrangers, notamment « irakiens et algériens ».

Energie et Environnement

A contre-courant des dernières politiques énergétiques françaises, Eric Zemmour assume dans son programme pour la présidentielle une politique énergétique pro-nucléaire. Il ne veut pas « réduire la part du nucléaire dans le mix électrique », car cela reviendrait à installer des milliers d’éoliennes supplémentaires en France qui sont une « catastrophe » et que la France n’en a « pas besoin ».

En ce qui concerne l’environnement, Zemmour dit vouloir « construire une écologie de droite, qui chasse les délires de l’extrême gauche et des écologistes, et replace l’Homme au cœur ».

Ecole

Sur le sujet de l’éducation, il promeut une « école traditionnelle » qui redonne la part belle au « mérite ». Eric Zemmour veut également « rétablir la discipline » et « faire respecter l’ordre dans les écoles ». Il n’exclut pas de « suspendre les aides sociales pour les familles des élèves qui perturbent gravement les classes ». Son objectif est de « remettre la transmission des savoirs au cœur de l’école » pour « retrouver l’école du mérite, de l’excellence, de l’effort et de l’autorité ».

Il évoque aussi vouloir « supprimer le collège unique », instaurer un examen à l’entrée en Sixième et rétablir le niveau du baccalauréat qui est devenu une « pochette surprise ». Enfin, Eric Zemmour veut « revaloriser le rôle des enseignants » et améliorer leur formation.

Egalité

Se disant victime d’une « propagande » à son égard qui le dépeint comme une personne misogyne, Eric Zemmour a indiqué à plusieurs reprises qu’il ne compte pas enlever « le moindre droit aux femmes » et qu’il considère que « les hommes et les femmes sont égaux et ont les mêmes droits ». Dans son livre Le Premier Sexe (2006), il regrettait la « dévirilisation de la société », c’est-à-dire que les valeurs féminines prenaient le pas sur les valeurs masculines, et dénonçait « avec quinze ans d’avance » l’évolution du mouvement féministe vers une volonté d’indifférenciation des individus.

Il veut donc « émanciper les femmes du féminisme » car « le féminisme ne défend pas les femmes, le féminisme est une machine à indifférencier c’est-à-dire qu’il refuse la réalité objective des sexes entre hommes et femmes ». L’essayiste a également indiqué vouloir combattre les lobbys LGBT, notamment actifs dans les écoles.

Par ailleurs, Eric Zemmour se déclare « pour la compétence » mais « contre la parité obligatoire ».

Société

Sur le plan sociétal, Eric Zemmour revendique une position plutôt conservatrice sur des sujets comme le mariage pour tous et la Procréation Médicalement Assistée (PMA). Il assume ainsi être « contre le mariage homosexuel » mais reconnait qu’il ne s’agit pas d’une « priorité de revenir dessus » car cela concerne une « infime minorité » de personnes.

En revanche, Eric Zemmour « arrêterait volontiers la PMA sans père » et la PMA pour les couples de femmes car « un enfant ne s’achète pas dans un supermarché » et car chaque enfant « devrait avoir un père et une mère ».

Enfin, l’essayiste a rappelé à plusieurs reprises qu’il ne reviendra pas sur le droit à l’avortement des femmes.

Villes et territoires

Zemmour dit vouloir « rendre à nos villes leur douceur de vivre » pour « retrouver le plaisir de vivre en ville » et « retrouver la fierté de nos belles cités françaises ».

Il estime par conséquent qu’il faut « redynamiser » les villes et « resusciter » les villages français. Pour cela, il souhaite « réorienter les milliards d’euros » de la politique de la ville vers la rénovation des centres-villes et des villages et transférer « dès 2022 » une grande partie des budgets de rénovation des banlieues vers la revitalisation des centres-villes et des petites communes.

Il propose aussi de revenir « d’urgence » sur les politiques locales en faveur des centres commerciaux qui ont aspiré le dynamisme des centres-villes. Il déclare ainsi vouloir limiter la construction de nouvelles grandes surfaces à l’entrée des villes en imposant un moratoire à chaque nouveau projet de zone commerciale.

Pour rendre plus « confortable » et sereine la vie des 18 millions d’automobilistes en France qui ont notamment besoin de leur véhicule pour aller travailler, le candidat veut « supprimer le permis à points » qui est un « racket organisé par l’Etat ». ll propose aussi de « réinstaurer la limitation de vitesse à 90 km/h sur les routes nationales » et d’enlever la possibilité aux maires de diminuer à 30 km/h la circulation dans les villes.

Démocratie et institutions

Eric Zemmour se montre favorable à la pratique « suivie » du référendum, notamment pour soumettre aux Français des « grandes questions ». Il reconnait aussi « étudier » les référendums d’initiative populaire inspirés du modèle suisse qui, selon lui, présentent « beaucoup de vertus » malgré quelques inconvénients.

Logement

Sur le logement, le candidat à la Présidentielle a indiqué vouloir « faciliter l’accès à la propriété pour les jeunes » en rendant par exemple déductible de l’impôt sur le revenu les intérêts liés à l’acquisition d’une résidence principale. Déplorant aussi le nombre important de Français qui se retrouvent privés de leurs biens par des squatteurs, il assume l’« expulsion systématique des squatteurs ».

Sources :

(1) Interview RMC avec les Grandes Gueules, 4/10 : https://www.youtube.com/watch?v=rmRWM85wwfE

(2) Interview LCI de Ruth Elkrief, 28/09 : https://www.youtube.com/watch?v=KO57kelxpqM

(3) Interview Sud Radio, 27/09 : https://www.youtube.com/watch?v=k-cd0jPc07Y

(4) Interview CNEWS sur l’émission Punchline, 6/10 : https://www.youtube.com/watch?v=iNOBSldlIfk

(5) Communiqué de presse Twitter, 8/10 : https://twitter.com/ZemmourEric/status/1446366892541816844

(6) « La France n’a pas dit son dernier mot », livre d’Eric Zemmour paru en septembre 2021

(7) Zemmour en conférence à Nîmes, 16/10 : https://www.youtube.com/watch?v=N5XVlNzRlDM

(8) Interview RTL au Grand Jury, 25/10 : https://www.youtube.com/watch?v=FYHh9qZSAF4

(9) Zemmour en conférence à Rouen, 25/10 : https://www.youtube.com/watch?v=uYsmOJG5jB4

(10) Communiqué Twitter, 22/10 https://twitter.com/ZemmourEric/status/1451592952925626388

(11) Zemmour en conférence à Nantes, 1/11 : https://www.youtube.com/watch?v=Ax_IrgDYg_U

(12) : Interview CNEWS à l’émission « Face à l’info », 4/11 : https://www.youtube.com/watch?v=gsO0E9aAwKs

(13) : Interview sur Sud Radio, 11/10 : https://www.youtube.com/watch?v=c6QfgPBcF_E

Nota : Cet article sera mis à jour durant toute la campagne présidentielle. Dernière mise à jour le 5 novembre 2021.


A propos de l'auteur

Nicolas Taupin

Président du think tank Le Réveil de la France

Répondre