La vérité sur les gaz et pétroles de schiste en France

  • 0

La vérité sur les gaz et pétroles de schiste en France

Beaucoup de rumeurs et de préjugés circulent au sujet des gaz et pétroles de schiste. C’est même devenu un tabou en France. Dans notre étude exclusive LRF, nous apportons des réponses et des éclaircissements aux citoyens français sur ce thème d’actualité primordial pour l’avenir énergétique de la France et donnons la position de LRF dans le cadre de notre projet global de l’énergie.

Comment ces gaz et pétroles sont-ils formés ? Peut-on en trouver en France ? La technique dite de « fracturation hydraulique » est-elle vraiment néfaste pour l’environnement ? Existe-t-il d’autres méthodes d’extraction ? Doit-on envisager l’exploitation de cette ressource d’ici plusieurs années ? Explications.

Par Sébastien Taupin, co-président du mouvement citoyen Le Réveil de la France (LRF) – 14/12/2015. Nous vous invitons à lire également notre infographie exclusive LRF dédiée à la compréhension des enjeux de l’énergie.

.

La formation des hydrocarbures non-conventionnels à partir de la biomasse

 .

Tout d’abord, les gaz et pétroles de schiste sont le résultat de plusieurs millions d’années de transformations chimiques au sein de notre planète. A leur mort, une partie de la biomasse (algues, plancton, végétaux) sédimente au fond des lacs et des océans. La fraction de matière organique piégée dans les sédiments subit une première transformation par les bactéries et forme un composé solide appelé kérogène. De par la tectonique des plaques, les sédiments s’enfoncent dans le sol et la température augmente lentement. Au bout de quelques millions d’années, le kérogène s’est transformé partiellement en charbon, pétrole, gaz, CO2 et eau. Généralement, pétrole et gaz s’échappent des roches-mères très denses où ils se sont formés et migrent vers des roches poreuses situées au-dessus formant ce que l’on appelle les « réservoirs d’hydrocarbures conventionnels ». Un simple forage suffira souvent pour les libérer afin qu’ils puissent remonter et être exploités. A contrario, lorsque les hydrocarbures restent prisonniers de la roche-mère, on parle de ressources non-conventionnelles.

Il en existe plusieurs :

– Pétroles ou huiles (shale oil en anglais) – et gaz de schiste (shale gas) : hydrocarbures piégés dans la roche-mère imperméable. Le pétrole de schiste est contenu dans des proportions plus faibles que le gaz de schiste.

– Schiste bitumineux (oil shale ou kerogen shale).

– Gaz de houille (coal bed methane).

– Etc.

.

Des ressources précieuses présentes dans le sous-sol français

.

Mais existe-t-il du gaz et pétrole de schiste en France ? La réponse selon l’Agence d’Information sur l’Energie américaine (EIA) est claire et représentée sur la carte ci-dessous. Les hydrocarbures non conventionnels peuvent être trouvés majoritairement dans le bassin parisien et dans celui du sud-est couvrant près de la moitié de notre territoire. Ces chiffres peuvent être réévalués à la hausse ou à la baisse compte tenu du manque d’information à ce sujet.

.

11) carte gaz de schiste

Évaluation des gisements d’hydrocarbures non-conventionnels en Europe de l’Ouest

.

La fracturation hydraulique : un procédé d’extraction néfaste pour l’environnement

 

Ainsi des techniques spéciales sont nécessaires pour extraire les hydrocarbures non-conventionnels du sous-sol. La méthode la plus communément utilisée est appelée fracturation hydraulique (ou fracking en anglais). Elle consiste à injecter à très haute pression un mélange composé d’eau, de sable et d’additifs chimiques dans un puits foré jusqu’à 2500 m de profondeur où se situent les précieuses ressources. La roche sera fracturée en longueur sur une distance de plusieurs kilomètres de long. Le gaz dit de « schiste » est alors libéré et les fissures restent ouvertes grâce aux grains de sable. Le gaz peut alors remonter à la surface. Enfin, le mélange injecté pour la fracture est en partie récupéré et retraité à cause notamment d’éléments radioactifs et de métaux lourds. Le même procédé est utilisé pour extraire le pétrole de schiste.

La fracturation hydraulique présente plusieurs risques environnementaux et pour la santé publique :

– Des additifs chimiques dangereux pour la santé (certains sont cancérigènes).

– Une possible contamination des nappes phréatiques : risques de remontée des additifs, risques de fuites d’hydrocarbures dans les nappes phréatiques (exemple du Texas).

– Une consommation d’eau importante : chaque forage nécessite 10 000 à 20 000 mètres cubes d’eau (l’équivalent de 4 à 8 piscines olympiques).

– Un risque sismique imprévisible (séismes de niveau 1 à 2 sur l’échelle de Richter).

– Impact sur les paysages et le quotidien des riverains (puits, forages verticaux, bruits, nombre de camions, voies d’accès).

– Fuites de méthane possibles dans l’atmosphère (impact sur l’effet de serre, qualité de l’air).

.

De nouvelles alternatives respectueuses de l’environnement et efficaces sont en cours de développement alors pourquoi empêcher le progrès scientifique ?

.

Malgré toutes les améliorations faites ces dernières années, il paraît raisonnable de penser que la fracturation hydraulique n’aura pas sa place au sein d’une politique énergétique propre. Mais les entreprises spécialisées dans ce secteur (dont Air Liquide et eCorpStim) sont en train de développer de nouvelles méthodes d’exploitation qu’il nous faut étudier et appréhender avec un tout autre regard.

La plupart sont encore au stade expérimental. Les solutions actuelles consistent à créer des plateformes multipuits ou d’utiliser la « stimulation NFP » (« non flammable propane »), un gaz non inflammable appelé aussi heptafluoropropane. Les avantages sont multiples : on n’utilise plus d’eau, ni d’additifs chimiques dangereux pour l’environnement et la santé humaine. On économise ainsi les ressources naturelles de notre planète. De plus, le fluide – composé uniquement de propane et de sable – est réutilisable à 95 % d’après le même rapport du Ministère du Redressement Productif et du Numérique (au lieu de 30 à 80 % pour l’eau de fracturation).

.

11) photo gaz de schiste

.

Les hypothétiques bienfaits de l’industrie du schiste compatibles avec une politique écologique : création d’emplois, hausse du PIB et rente de 300 milliards d’euros pour la France

.

Alors imaginons que nous décidions de relancer l’exploration puis une éventuelle exploitation des gaz et pétroles de schiste par exemple par la stimulation NFP ou toute autre méthode ayant un impact minime sur l’environnement et sans risque pour la santé.

D’après les récentes études à ce sujet (CGEIET 2014), il ne faudrait que 600 plateformes multipuits en France contenant chacune 20 puits pour un total équivalent de 12 000 puits. Ce nombre peut sembler dérisoire compte tenu du nombre d’éoliennes promis par nos politiciens actuels pour atteindre le fameux quota d’énergies renouvelables en France d’ici une vingtaine d’années.

Quels seront les hypothétiques bienfaits de l’exploitation de cette ressource sur notre territoire ? A l’étranger d’abord, l’exploitation des hydrocarbures non-conventionnels a fortement contribué au redressement de l’économie américaine et à la chute du prix du gaz aux USA de 12 $/MMbtu en 2008 (1 MMBtu = 28,26 m3) à 4 $ en 2013. Si la France décide de se lancer dans cet ambitieux projet, les conséquences seront positives pour toutes les industries (surtout l’industrie chimique) compte tenu du faible coût de cette ressource. En revanche, il faudra prendre en compte la baisse du prix du pétrole qui affaiblit l’économie du schiste aux USA.

En ne récupérant que 50 % des ressources en gaz de schiste et 12 % de celles en pétroles de schiste, les résultats suivants sont évoqués d’après une simulation récente (Sherpa-OFCE, IFPEN) : création en France d’environ 225 000 emplois directs et indirects, hausse du PIB de 1,7 points/an, réduction du déficit commercial et rente de près de 300 milliards d’euros pour la France sur 30 ans. Dans un contexte socio-économique français difficile, on peut raisonnablement se demander comment on peut passer à côté d’un tel défi et d’une telle opportunité alors même que nos voisins n’hésitent pas une seconde à commencer l’exploration (par exemple la Grande-Bretagne).

.

Le positionnement de LRF sur le sujet du schiste

.

– Etant conscient des enjeux tant environnementaux, scientifiques, sociaux et économiques, LRF s’engage à inventer, développer et améliorer les techniques d’exploitation des gaz et pétroles de schiste sans utiliser la fracturation hydraulique et tout en respectant l’environnement et les nappes phréatiques.

– Si cette phase est concluante, nous lancerons des programmes d’exploration du sous-sol français afin de quantifier les réserves disponibles et vérifier tous les tenants et aboutissants d’un tel projet.

– Si les résultats sont convaincants et que la conjecture économique est favorable, nous créerons cette nouvelle industrie d’excellence française au même titre que l’aéronautique (310 000 emplois) et utiliserons l’exploitation de ces précieuses ressources comme solution intermédiaire à moyen terme au financement de la très coûteuse transition énergétique évaluée à plus de 1000 milliards d’euros d’ici 2050, transition qui mènera à un mix énergétique énergies renouvelables / fusion nucléaire à l’horizon 2050 tout en réduisant véritablement le chômage, la dette et le réchauffement climatique.

Le potentiel de l’industrie du schiste est immense à court terme et tant de choses restent encore à découvrir. La question n’est pas « sommes-nous pour ou contre les gaz de schiste ? » mais plutôt « doit-on empêcher le progrès scientifique et nos connaissances au nom d’idéologies dépassées ? ». Si une méthode propre d’extraction est alors trouvée, pourquoi se priver d’une telle source de revenus pour financer la transition énergétique et les énergies renouvelables alors même que le pétrole et le gaz seront des ressources utilisées pendant encore quelques décennies ?

.

Sources

.

– Tucker M.E., 1988, Sedimentary Petrology, An Introduction, Blackwell, London. p197.

– Kudzawu-D’Pherdd, R., 2010. “The Genesis of Kerogen, a write up in Petroleum Geochemistry” – (EASC 616), Department of Earth Science, University of Ghana-Legon (unpublished).

– Jean-Jacques Jarrige, Gaz de schiste ou de roche-mère, 2011, Société Géologique de France.

– Le Monde, Faut-il avoir peur du gaz de schiste ?, 2012

– EIA/ARI World Shale Gas and Shale Oil Resource Assessment, U.S. Department of Energy, 2013.

– Hydrocarbures non-conventionnels en France : perspectives ouvertes par les nouvelles technologies d‘exploration et d’exploitation, Ministère du Redressement Productif et du Numérique, 2014.

– Vengosh, A., Jackson, R. B., Warner, N., Darrah, T. H., & Kondash, A. (2014). A critical review of the risks to water resources from unconventional shale gas development and hydraulic fracturing in the United States. Environmental Science & Technology48(15), 8334-8348.

– Bădileanu, M., Bulearcă, M. F., Russu, C., Muscalu, M. S., Neagu, C., Bozga, R. & Băleanu, D. N. (2015). Shale Gas Exploitation–Economic Effects and Risks. Procedia Economics and Finance22, 95-104.

 

© Propriété Le Réveil de la France 2015 – Tous droits réservés

A propos de l'auteur

Sébastien Taupin

Co-président du think tank Le Réveil de la France

Répondre

Suivez-nous sur Twitter

Nos publications Facebook

Le Réveil de la France

1 month 4 weeks ago

Diminuer de 20 % tous les salaires des élus et hauts fonctionnaires français, vous êtes d'accord ? Découvrez nos 9 autres propositions dans l'article ci-dessous :)

Le Réveil de la France

2 months 16 hours ago

Vous souhaitez être impliqué(e) dans la vie de votre commune ? Découvrez l'initiative Fluicity qui vise à développer la participation des citoyens.

#Fluicity est une plateforme innovante pour rétablir la confiance entre citoyens et décideurs publics au niveau local. #edemocracy #smartcity #civictech

Le Réveil de la France

4 months 1 day ago

Pour continuer le réveil de la France, nos fondateurs Nicolas Taupin et Sébastien Taupin ont décidé de poursuivre leur engagement et de se déclarer candidat aux législatives dans les Yvelines. 👉 Le site de campagne : www.nicolastaupin2017.fr

Inline
Inline