Retraites et prestations sociales

Grande réforme des retraites et des prestations sociales

 

Nous travaillons à des infographies et de futurs articles sur ce thème.

Nous vous proposons les lectures suivantes de la fondation Ifrap : Retraites – les chiffres cachés (décembre 2014) et Retraites – les 15 clés de la réforme (mai 2013),

Donnez nous vos idées !

 

Méthodes par répartition ou capitalisation, régimes de base et complémentaire, épargne retraite individuelle, gestion du nombre de caisses de retraite, régimes par points, âge de départ à la retraite (âge minimum, âge moyen), méthodes de calculs des pensions, minimum vieillesse, équilibre privé/public, taux de cotisation employeurs/salariés, compte pénibilité, retraites agricoles. Allocations familiales, primes enfants, rentrée…

 


14 commentaires

Commandré

3 mars 2017 à 8:20

Un changement de règlement pour la CAF
Aujourd’hui je suis parent d’un enfant en garde alternée alors que pour la CAF le seul bénéficiaire des aides ne peut être que l’allocataire qui a enregistré l’enfant. C’est-à-dire que pour tous les calculs des prestations de la CAF qu’un seul des deux parents peut prétendre un enfant (ou plusieurs) à charge alors que les deux parents ont le ou les enfants en garde alternée. Dans la plupart des cas le parent qui a l’enfant à charge sur son numéro d’allocataire est la mère qui a déclaré la grossesse. À ce jour en tant que l’autre parent, je dois me loger en conséquence de ma situation familiale et je nourris, j’habille mon enfant. Mais dans les calculs des aides je ne peux pas la prendre en compte. La seule proposition faite par la caf et avec l’accord de l’autre parent est de transmuter l’enfant d’un compte à l’autre, ce qui n’est pas réalisable puisque ça pénalisera à son tour l’autre parent pour le calcul des prestations.
Je pense qu’en France nous sommes plusieurs dans ce cas et encore moi je n’ai qu’un enfant. J’imagine la difficulté que font face plusieurs parents lorsqu’ils ont deux ou trois enfants en garde alternée, les séparations ne sont pas simples et encore plus l’entente entre eux alors imaginer un partage à l’amiable juste impensable.

Mickaël

10 octobre 2016 à 7:50

Je pense qu’on devrait demander aux bénéficiaires des minima sociaux d’œuvrer pour la communauté en s’impliquant bénévolement au service de la société. Je vois tellement de personnes désœuvrées.

Jean

13 septembre 2016 à 9:21

Bonjour, j’ai appris aujourd’hui qu’il était possible de cumuler APL, indemnité de stage et près de 900 euros d’allocations chômage dans certaines écoles françaises alors que l’étudiant travaille… Un système inégalitaire !

Manuel

8 avril 2016 à 2:07

Étant bénéficiaire de l’AAH, une fois le loyer et factures payés, il nous reste 250 à 300 € pour une famille de 4 personnes et il faut faire avec… Je n’ai jamais voulu être handicapé et je préfèrerais travailler mais hélas cela ne m’est plus possible et c’est à cause de cela que nous vivons dans la misère avec le dédain de nos élus et les regards pas toujours soutenables d’autrui… Que pensez-vous faire pour les exclus involontairement mis en marge de la société à cause de maladies ayant entraîné le handicap ?

Arnaud

5 avril 2016 à 10:19

Retraite : Mettre en place au niveau de l’entreprise, en plus de la retraite de base distribuée par les organismes d’Etat, une retraite complémentaire capitalisée, négociée par l’employeur, élargie à tous. Cela permettra de compenser les pertes actuelles et à venir des caisses de retraite par l’inversion de la pyramide des âges qui est en train de s’opérer (papy-boom).
Revenu universel possible, déjà en place partiellement dans certains pays scandinaves à partir de 18 ans. Son financement est largement envisageable (remplace le RSA…).
La base de données uniques, notamment pour les prestations sociales, est une piste à suivre. La centralisation des données par la direction financière est déjà en cours. Il faut accélérer ces processus en permettant l’initiative à l’innovation publique : promotion de financements de l’Etat (exemple des « social impact bond », financement participatif public etc.)

Hakim

30 mars 2016 à 7:26

Bonjour, je pense qu’il faudrait limiter les durées d’arrêt maladie. Quand je vois un de mes voisins en arrêt maladie depuis plusieurs mois et qui passe son temps au café et s’est acheté une BMW … no comment

Peach

29 mars 2016 à 11:18

Pour moi, il est nécessaire de pouvoir proposer une place en crèche aux parents isolés, donc seuls avec un enfant en bas age, avec un RSA augmenté du montant de la facture de la crèche – ou un système de ticket de paiement crèche distribué – pour que ces personnes puissent chercher du travail et soient en mesure de financer 2 jours de crèche par semaine pour leur enfant le temps qu’il soit en age d’aller a l’ecole, pour pouvoir faire des démarches de recherche d’emploi et aller passer des entretiens d’embauche. Ces parents pourraient faire aussi d’autres démarches, comme aller voir un avocat, un groupe de parole pour les femmes violentées. un psychologue pour les mêmes raisons, sans la présence de leur enfant.
Des parents sans ressources autres que le RSA, peuvent passer plusieurs années au RSA, le temps que leur enfant entre a l’école pour avoir le temps de chercher du travail. Il vaut mieux 6 mois avec un RSA plus élevé et ensuite un travail que 3 ans au RSA ! C’est un gâchis de temps, d’argent, car ensuite il faudra justifier le trou sur le CV, d’autant plus que ces personnes ne seraient peut être plus a jour si entre temps les méthodes de travail ont évolué, nouveaux outils, nouveaux logiciels etc, il faudra rajouter une formation, mais comment la financer avec le RSA ? De plus, 2 jours en crèche pour un enfant, cela est un gain pour son développement social et moteur, quand il y a des difficultés. Idem, quand l’enfant du parent isolé au RSA entre a l’école, il faudrait pouvoir fournir au parent le montant pour payer un accueil au centre de loisirs pendant les vacances scolaires, 2 jours par semaine par exemple, pour chercher du travail et passer des entretiens d’embauche. Le montant du RSA actuellement ne permet pas de financer cela, aussi ces parents ne peuvent chercher du travail qu’en dehors des vacances scolaires et il y a beaucoup de vacances scolaires, s’ils n’ont pas un entourage proche de confiance a qui confier leur enfant. Dans les cas de violences conjugales qui ont mené ces parents a la séparation, il est courant que la famille de ces parents soit elle aussi dysfonctionnelle a la base, et cette famille pas de confiance pour leur confier leur enfant. Ces parents peuvent n’avoir comme unique solution que de faire garder leur enfant par des professionnels de la petite enfance pour passer des entretiens d’embauche, et ils doivent avoir les moyens de financer cela.

Philippe

3 mars 2016 à 11:26

Une idée simple et de bon sens flotte dans l’air depuis longtemps et personne ne pense à la mettre en œuvre. Regrouper l’ensemble des prestations sociales sur un guichet unique. Il y a une gabegie énorme de moyens et de dépenses sur l’ensemble de ces prestations. Minima sociaux, RSA, indemnités chômage, transports gratuits … Certains petits malins arrivent à se faire des revenus importants en jouant sur le « système ». Il sera ainsi possible de limiter les cumuls, les fraudes, les incohérences… et servir en priorité les véritables déshérités. Les fraudes seraient aussi répertoriées de façon unique.

    Olivia

    13 septembre 2016 à 8:36

    Tout à fait d’accord, et ce système pourrait en plus être regroupé avec le système fiscal : une seule déclaration complète par foyer qui mène à des impôts ou une aide de l’état. Des déclarations plus simples pour nous, une gestion plus simple pour les administrations, moins de fraude. On ne paierait plus d’impôts pour recevoir l’équivalent en aides dans un flux d’argent inutile, compliqué pour tous et qui rend possible la fraude.

Jean Michel

12 février 2016 à 7:07

Harcèlement administratif. Témoignage personnel

Comme tous les Français qui ont travaillé le nombre d’années suffisantes, j’ai pris ma retraite et ai patiemment constitué les innombrables dossiers pour chaque organisme. La SS, l’Arcco, l’Agirc, puis les caisses pour les indépendants, puis les assurances complémentaires. Dans mon cas, se sont six caisses différentes
Toutes ont eu leurs exigences en fonction de critères objectifs ou subjectifs, et une fois n’est pas coutume, la SS n’est pas la plus pénible. Il m’a été vivement conseillé de commencer les dossiers au moins six mois avant la date souhaitée de retraite, parce que, cela allait être long et difficile. Et je témoigne ce fut long et difficile. Pour le peu que vous habitiez l’étranger c’est encore plus compliqué. Mais pourquoi donc tout est il toujours si compliqué en France ? Pourquoi toutes ces informations ne pourraient elles pas être centralisées et accessibles par tout le monde ?
Mais à force de persévérance, enfin les certificats de rente sont arrivés un par un et je me suis mis à rêver d’une retraite tranquille
Eh bien non, le harcèlement allait continuer ! Tous les ans , et en ordre dispersé, chaque caisse de retraite, chaque assurance, vous envoie des demandes particulières.
La première, c’est la preuve de vie. Parce que maintenant il faut pouvoir prouver que vous êtes vivant ! Généralement chaque caisse envoie des documents à faire remplir par la mairie du domicile qui est inondée de demandes. Chaque preuve de vie coûte de l’argent à la collectivité, en temps, en frais d’envoi, et papiers….quand on multiplie ces documents par le nombre de caisses, on se dit : Mais quel gâchis ! quand il s’agit de payer personne ne vous demande si vous êtes vivant !
La palme revient au Gan Groupama. Ils me demandent un certificat de la main du consul de France , rien que ça ! Le consulat est à 500 km de mon domicile ! Il me faudrait faire 1000 km pour rencontrer le consul pour qu’il signe un document comme quoi il m’a vu vivant !!! Du délire !
Ensuite on vous demande des certificats fiscaux, des attestation de sécurité sociale, des copies de déclaration de revenu et bien sûr chaque caisse a ses demandes particulières,

Toutes ont un point commun. La menace ! S’ils n’ont pas tout reçu pour telle date, ils suspendent les versements de la rente ! On pensait que la retraite était un droit et bien non. Elle est conditionnée aux bons vouloirs des caisses. Je ne suis pas sûr que ce soit bien légal.
Des millions de français sont ainsi régulièrement harcelés par ces usines à gaz administratives. J’imagine bien les immenses gains de temps, d’argent, de papiers, de tracasseries si une simplification drastique pouvait être mises en place, surtout qu’avec les moyens modernes il serait facile de faire d’énormes progrès.
Des millions de retraités pourraient économiser leurs nerfs !

Yannick

11 janvier 2016 à 9:36

REVENU UNIVERSEL !

400€ par mois/français jusqu’à la retraite (150€ sous -18 ans) (consensus des penseurs de ce système)
sans réelle obligation en contre-partie.

ARGUMENTS :
– Nouvelle solidarité, assurance individuelle
Elimine la grande pauvreté (mendicité interdite), la dépendance à la collectivité, égalité des chances des enfants, suspension des versements = nouvelle peine de justice.

– Accompagne les nouvelles formes de travail, « Filet de sécurité » :
«La conviction que la société doit être conçue pour offrir un travail stable à tous, pendant toute une vie, paraît de moins en moins adaptée à l’esprit contemporain.  D’une certaine façon, le mythe du plein-emploi reposant sur un contrat à durée indéterminée comme Graal de l’épanouissement personnel agonise sous nos yeux.» Éric Verhaeghe, avril 2014

Se servir du revenu universel comme socle garanti pour offrir des possibilités nouvelles : associatif, changement de travail, entreprenariat, cumuls d’activités … (théorie de Philippe Van Parijs)

Chaque heure travaillée est donc un pur bénéfice, incitation.

Rendre viable des travaux qui ne le sont pas, et qui sont déjà aidés de façon complexe ou déguisée par l’Etat (emplois aidés, …) et donc autoriser un abaissement du SMIC, et viser un plein emploi.

– Egalité :
49 % des personnes éligibles au RSA n’en étaient pas bénéficiaires (rapport décembre 2011)
Théorie de Milton Friedman sur l’« impôt négatif » : clarifier les sommes perçues et prélevées pour que chacun sache combien il contribue à la société, lisser les effets de seuils

– Simplification administrative (grandes économies de fonctionnement), fin des fraudes
Actuellement, 1 français sur 2 (31 millions) touche déjà une aide de la CAF
Le RSA fait partie des deux prestations les plus soumises à la fraude détectée par les CAF.

– Financement
En contre-partie : suppression de toutes les allocations y compris RSA, des bourses d’études, des emplois aidés, baisse des allocations et indemnités chomages et donc des cotisations nécessaires au financement – maintenus uniquement : indemnisations arrêts de travail et maternité.

    Coraly

    12 janvier 2016 à 12:00

    J’ai beaucoup réfléchis à ce système qui de premier abord me parait vraiment bien.
    MAIS certains problèmes se posent, notamment celui de l’abandon de certains métiers.

    Les machines remplacent de plus en plus de postes, certes. Mais il faut encore des hommes et des femmes pour beaucoup de métiers pénibles qui sont pratiqués par besoin d’un salaire. Qui voudra (et je parle bien de volonté !) effectuer des travaux pénibles, qui nuisent à la santé, sachant que cela ne fera gagner qu’un « supplément » à un salaire déjà étudié (normalement) pour procurer de quoi vivre ?

    Je pense que oui, le système du revenu universel est une bonne chose, mais je ne pense pas que la France soit encore prête pour l’accueillir. Il faudrait développer plus l’automatisation des tâches pénibles…

    Peach

    17 avril 2016 à 10:26

    400 euros par mois est insuffisant pour remplacer le RSA qui est aux alentours de ce montant pour une personne, sachant que les aides type APL (peut monter jusqu’à 420 euros par mois), aide aux transports, aide énergie etc seraient supprimées.

    Pour moi le revenu universel devrait être 10 euros plus élevé que le seuil de pauvreté par personne.
    En juin 2015, le seuil de pauvreté est de 987 euros par personne.

Marion

18 novembre 2015 à 3:03

Une proposition simple pour une plus grande justice sociale : rendre imposable l’ensemble des aides. Un euro de solidarité doit être pris en compte de la même manière qu’un euro du travail.

Répondre à Marion Annuler la réponse.

Suivez-nous sur Twitter

Nos publications Facebook

Le Réveil de la France

1 month 4 weeks ago

Pour continuer le réveil de la France, nos fondateurs Nicolas Taupin et Sébastien Taupin ont décidé de poursuivre leur engagement et de se déclarer candidat aux législatives dans les Yvelines. 👉 Le site de campagne : www.nicolastaupin2017.fr

Le Réveil de la France

3 months 1 week ago

"Jean Lassalle est le seul candidat ouvert aux citoyens et à la jeunesse"
➡ Découvrez notre témoignage diffusé hier au JT de France 3

Le Réveil de la France

3 months 2 weeks ago

Sébastien Taupin, président de notre think tank Le Réveil de la France, était l'invité ce soir de la chaîne Yvelines Première. Découvrez les raisons de son engagement aux côtés de Jean Lassalle pour la Présidentielle #LeTempsEstVenu

Inline
Inline