Fonction publique

Grande réforme de la Fonction publique

 

Nous vous proposons d’écrire vos idées et suggestions de réformes sur cette page.

Infographie : Les chiffres clés de la Fonction publique.

Suggestion de lecture du rapport de la Cour des Comptes « La masse salariale de l’État : Enjeux et leviers » publié en septembre 2015.

 

Spécificités du statut de fonctionnaire

 

– 80 % des agents de la fonction publique bénéficient d’un emploi à vie.
– Le mode de calcul des retraites avantage généralement les fonctionnaires par rapport à ceux du privé. Seuls les six derniers mois sont pris en compte, alors que ce sont les 25 meilleures années dans le privé.
– Le point d’indice, qui sert de base au calcul du traitement des fonctionnaires, est gelé depuis 2010. Mais les rémunérations croissent grâce aux avancements automatiques, pour un coût annuel de près d’un milliard pour l’État.
Supplément familial, aide sociale proportionnelle au nombre d’enfants.
– La droite avait instauré en 2011 un jour de carence pour les fonctionnaires en cas d’arrêt-maladie pour faire diminuer l’absentéisme (en particulier dans les collectivités locales). Il a été supprimé par la gauche en 2014. Dans le privé, les indemnités journalières ne sont versées qu’après 3 jours. La Cour des comptes précise toutefois que la majorité des salariés du privé bénéficient de garanties complémentaires grâce à des conventions collectives.
– Destinés à compenser le coût de la vie et à inciter les agents à quitter la métropole, les surrémunérations ultramarines datent des années 1950, pour une facture annuelle évaluée à 1,2 milliard pour la seule fonction publique d’État. Elles poussent les prix à la hausse en outre-mer.
Indemnité de résidence, pour compenser les différences de coûts de la vie entre les territoires.

Source : Figaro

 

Équilibre privé/public, statut de la fonction publique, pistes d’économies, gestion des agences de l’Etat, aides sociales, congés et RTT, avantages en nature, gestion des primes, privatisation de certains services, Entreprises publiques, La Poste, EDF, SNCF.

 


9 Comments

Pierre

15 janvier 2016 à 10:26

Les fonctionnaires civils doivent être recrutés par contrats à durées déterminées.

    Julien

    5 février 2016 à 1:27

    Mais monsieur, c’est déjà en partie le cas. Actuellement au sein de la fonction public hospitalière les infirmiers, les aides soignant (AS) et les Agents de service hospitalier (ASH) sont recrutés en CDD. Vous imaginez vous qu’ils sont directement titulaires?
    la réalité est beaucoup plus similaire avec l’embauche dans le secteur privé qu’on ne veut vous le faire croire. Et pour certains métiers, elle est même pire. En effet pour les aides soignant et les agents de service hospitalier ils restent en CDD plusieurs années ( dans l’hôpital ou j’exerce la plupart restent environ 5 ans en CDD et ce même s’ils font très bien leur travail). Alors que la direction sait que le poste est nécessaire au bon fonctionnement du service ou l’employé travaille ce n’est donc pas pour une question de flexibilité. L’hôpital est plus tendre avec les métiers ou il a des difficultés à recruter. C’est d’ailleurs pourquoi l’hôpital est généralement plus conciliant à titulariser des infirmiers car il y en a moins sur le marché du travail (bien que ceci soit de moins en moins vrai dans les hôpitaux les plus attractifs).
    Je pense qu’il est plutôt rare de voir dans une entreprise un poste rester vacant lorsque celle-ci, après quelques renouvellement de CDD se rende compte qu’elle dispose d’un bon élément. Mais là, je me contente de supposer car je ne connais pas aussi bien le milieu du privé.

Yannick

11 janvier 2016 à 9:50

« Un fonctionnaire, c’est 42 ans de carrière, 21 ans de retraite et 10 ans de réversion. Chaque embauche, chaque fonctionnaire coûte donc : 3,5 millions d’euros » Agnès Verdier-Molinié

Petite comparaison : PUBLIC / PRIVE
Salaire moyen net par mois : 2085€ / 2069€
Absentéisme : 10% / 5%
Pose d’un arrêt pour maladie en 2009 : 45% (prof écoles) / 22%

Les inégalités : jours de carence, sécu : fonctionnaires = 12% des ayants droits et 31% des montants versés, fonctionnaires= 62% des jours de grèves

Conclusion : passer 85% des actuels fonctionnaires sous contrat privé (comme en Italie) et n’en conserver que 15% d’indispensables (officiers supérieurs, diplomates, magistrats, …), mais avec un statut renforcé (pas de cumul avec un mandat électoral, pas de syndicalisation, …)

jeep

10 octobre 2015 à 9:53

Aujourd’hui le système a reproduit une féodalité. Peu importe l’idéologie politique, les hauts fonctionnaires restent en place et gèrent au mieux de leurs intérêts les nouveaux venus. Bien sur c’est humain de se protéger mais leur poste l’est déjà. La réforme pour un fonctionnaire c’est une Révolution…

Sylvain

8 octobre 2015 à 1:27

Réforme du statut des fonctionnaires qui comprennent quelques personnes qui n’ont plus besoin de bien faire leur travail, se sentant protégées.

Erwan

8 octobre 2015 à 1:25

Remettre le privé et le public sur le même pied d’égalité. Privatiser certaines entreprises telles que : La Poste, la SNCF et EDF.

Véronique

7 octobre 2015 à 7:20

Réforme des fonctionnaires : oui mais alignons les salaires du public sur le privé, aujourd’hui c’est la sécurité de l’emploi avec un salaire en-dessous du privé. Un ingénieur, un enseignant à bac+5 gagne moitié moins ou deux tiers de moins dans le public que dans le privé à formation égale, c’est pareil pour d’autres catégories. Ne pas l’oublier.

    Erwan

    11 décembre 2015 à 9:53

    Tout à fait d’accord avec Véronique. J’ai des collègues de « petites catégories » qui gagnent à peine le SMIC après plusieurs années d’ancienneté. On est bien loin des 2500 euros gagnés en moyenne par les fonctionnaires.
    Il est temps de mettre fin à cette opposition « public – privé » que chacun connaisse enfin la réalité sur le vécu de l’autre.

    Bérénice

    15 juin 2016 à 3:38

    Je m’inscris en faux sur vos commentaires concernant la fameuse différence de rémunération entre public et privé, pour avoir fréquenté professionnellement parlant les 2 univers. Il n’est pas vrai qu’à poste égal le revenu soit significativement différent. Dans le secteur privé il existe aussi des salariés mal payés et ayant de l’ancienneté sur leur poste, quant aux différences que vous annoncez ceci revient à dire que vous pensez que les bac+5 en entreprises seraient rémunérés entre 4500 et 6500€, il y en a c’est certain mais pas autant que vous l’imaginez consultez la page suivante pour vous rendre compte que le revenu médian est loin des chiffres que vous annoncez : http://www.salairemoyen.com/france.html.

Laisser un commentaire

Valoriser l’intelligence collective

Contribuez, échangez, collaborez et donnez nous vos idées pour la France.

Suivez-nous sur Twitter