Energie et environnement

Grande réforme de l’énergie, de l’environnement et du développement durable

 

Pour mieux comprendre le débat autour de l’énergie et de l’environnement et connaître les chiffres clés, nous vous proposons notre première infographie :

Comprendre les enjeux de l’énergie

Retrouvez également nos études exclusives LRF consacrées à la réforme de l’énergie :

La vérité sur les gaz et pétroles de schiste en France

La fusion nucléaire à l’horizon 2040 : mythe ou réalité ?

Quelques chiffres clés sur le nucléaire :

– 60% des réacteurs nucléaires français ont plus de 30 ans.

– La Cour des Comptes a évalué à 100 milliards d’euros le coût de la maintenance du parc actuel jusqu’en 2030 (cf. rapport).

 

Energies fossiles, place des énergies renouvelables dans le mix énergétique, place du nucléaire, quelles énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien terrestre, éolien en mer, géothermie, énergies marines…), gaz de schiste, méthodes de stockage d’énergie, coût de l’électricité, innovation énergétique, économies d’énergie, bâtiment économe, transports électriques et hybrides, transport maritime, transport ferroviaire, lutte contre le réchauffement climatique, hydrogène, tri des déchets, pollution, environnement, préservation des espèces animales.

 


14 commentaires

Sébastien

10 avril 2016 à 4:58

Les arbres et les plantes utilisent le phénomène dit de photosynthèse naturelle en présence de lumière : dioxyde de carbone + eau -> sucre + oxygène. Pourquoi ne pas s’inspirer de la photosynthèse des plantes pour diminuer le taux de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère et produire de l’oxygène ?

Charlye

10 avril 2016 à 2:45

Bonjour,
Si vous aviez des exemples concrets pour chaque volet de votre programme, j’aimerais les lire!
Je voulais aussi réagir à un vos articles – je n’y ai pas vu de section commentaires- (gaz et pétroles de schiste) ; j’ai fait une (très succincte) recherche sur l’heptafluoropropane et il est sur la liste des gaz à effet de serre de l’UNFCCC : avec un potentiel de réchauffement global à 100 ans 2900 fois plus élevé que le dioxyde de carbone. (source: http://energie-developpement.blogspot.fr/2014/01/schiste-heptafluoropropane-C3HF7-montebourg.html )
C’est sans prendre en compte les rejets dûs à l’utilisation des produits du schiste proprement dit (installations, transport, transformation, consommation, etc) qui reste une énergie fossile, donc non renouvelable.
De plus, l’heptafluoropropane est fabriqué par des entreprises pétrochimiques qui s’enrichissent déjà bien assez sur le dos de l’environnement (et donc notre dos à tous).
Personnellement je pense que l’on créerait bcp plus d’emplois, non délocalisables de surcroit, en décentralisant la production d’énergie. Par exemple en installant des biométhaniseurs aux alentours des quartiers d’habitation, des éoliennes ( à axes vertical, bcp plus discrètes et rentables) un peu partout -il me semble avoir récemment lu un article sur un prototype installable le long des routes- des panneaux solaires et j’en passe, une multitude de possibilités sont encore à imaginer…
A bon entendeur (lecteur), salut!

Jean Michel

5 avril 2016 à 2:56

Gouverner c’est prévoir, disait mon grand père !
Ce qui caractérise cette république, c’est qu’elle est incapable de prévoir
Je prends l’exemple de la vallée de l’Arve en Haute Savoie. Cette vallée est connue pour son industrie, le décolletage, pour le tourisme, puisque c’est l’accès à bon nombre de stations de ski, et pour son accès au tunnel du Mont Blanc, vers l’Italie. Tout concorde pour que cette vallée ait une activité intense, et son expansion depuis des années ne faiblit pas.
Le Problème d’une vallée c’est que c’est une vallée ! et une vallée c’est étroit et long, environ 50km dans le cas présent. Au départ , une succession de villages , la Roche sur Foron, Bonneville Cluses Sallanches, Chamonix, reliés entre eux par une nationale . et puis l’industrialisation aidant, les espaces entre chaque village s’est réduit pour arriver à ne faire qu’une seule grande agglomération continue. L’ouverture du tunnel du Mont Blanc a amené une considérable augmentation de circulation en particulier de camions ( plus de 6000 par jour) . Le seul investissement important effectué depuis 40 ans fut l’autoroute privatisée qui longe la vallée pratiquement jusque Chamonix. Cette autoroute est déjà saturée à chaque départ de vacances de ski. Depuis plus aucune nouvelle route et la population a considérablement augmenté.
Les Mairies autorisent les constructions d’habitations sans limitation, sur les moindres parcelles de terrain, du coup la nationale devient une desserte locale, et chaque aménagement réalise l’effet inverse à celui recherché. Au lieu de fluidifier la circulation, on la ralentit voire on la bloque. On arrive à avoir un ralentisseur tous les 100 mètres et un rond point tous les 200 mètre, plus la multiplication des bouches d’égout tous les 10m, la circulation est devenue un véritable enfer sur cette ex « nationale » . Tous les habitants clament qu’il faudrait de nouveaux axes de circulation, mais voilà, on arrive à une situation où il n’y a plus de place !!! Il faudrait démolir les récentes constructions ! Aujourd’hui la circulation est bloquée, la pollution est à un degré critique, une des plus fortes de France, et la seule solution qui reste pour donner un peu d’air serait de rendre l’autoroute gratuite, et de l’élargir, mais on ne peut ni ne veut toucher aux intérêts privés du concessionnaire. Au passage la privatisation des autoroutes est un véritable scandale. Ce patrimoine de l’état devrait rester à l’état et son utilisation doit répondre à des priorités d’état.
Depuis des dizaines d’années tout le monde sait que cette situation allait arriver, et personne n’a bougé, ni localement, ni en région, ni nationalement. Les politiques, dont c’est le travail, ont passé plus de temps à gérer leur réélection qu’à prévoir le futur de leur région. Construire les routes avant de construire les maisons semble être le bon sens évident, et pourtant en France on fait le contraire. Le même problème existe pour les égouts, saturés en cas de fortes pluies.
C’est tout de même extraordinaire que cet empilage d’élus et fonctionnaires ait été incapable de prévoir et planifier les équipements minimum de la France du futur. Il n’y a plus d’aménagement du territoire, on bricole, on rafistole, on bouche les trous en faisant des bosses ! On gère l’immobilisme.
C’est la démonstration qu’il ne faut pas laisser aux politiques le pouvoir de choses si importantes. C’est aux citoyens de définir ce qui doit être fait chez eux. Seuls les citoyens auront la vision de leur futur .
La vallée de l’Arve est seulement un exemple parmi des centaines de cas similaires en France

Maia

23 février 2016 à 12:22

http://www.demain-lefilm.com/

Le film demain devrait inspirer le développement de notre pays.
Nous devons prendre exemple sur des pays et des villes qui sont bien plus en avance sur les énergies renouvelables et sur le recyclage comme Copenhague ou l’islande. Investir dans ces énergies inépuisables c’est investir dans l’avenir à long terme. Il faut également former les jeunes générations à recycler d’avantage (devrait faire partie de l’apprentissage à l’école)

Yannick

11 janvier 2016 à 9:16

« La meilleure énergie, est celle que l’on ne consomme pas. »

– Lois contraignantes pour l’isolation des bâtiments
– arrêter de culpabiliser (merci le nucléaire) : 5,52 T CO2/habitant / an en France – 9,32 T CO2/habitant / an en Allemagne (merci le charbon !) et prix de l’électricité 2x plus élevé en Allemagne !!!
– 1,6% des français rejettent 6x plus de CO2 que la moyenne nationale. Issus majoritairement des classes aisées. (on mégataxe SUV, vols en avions, maisons trop grandes (au-delà de 80m² par personnes), on taxe l’énergie grise émise des produits, (pommes du Chili vs pommes de France, agneau de France vs Agneau de Nouvelle-Zelande, …)
– la technologie fait rêver, mais n’a jamais réussi à diminuer la consommation énergétique. La technologie induit uniquement des transferts (ex : à maison identique, maison « ancienne » juste chauffée et ventilée par les fenêtres vs maison high tech, chauffée peu mais ventilation double flux + smartphones + domotique + entretien du tout + énergie grise du tout = quasi même bilan).
LOW TECH = AVENIR !
(construire en terre et bois= bilan carbone 0, …)
– Prendre du recul !!! (ex: bilan réel de l’impact environnemental et bilan carbone des éoliennes panneaux solaires et voitures électriques à prouver… certaines études suggèrent qu’ils sont catastrophiques…)

Emilie

17 décembre 2015 à 7:14

1. Sensibiliser et éduquer la population : l’écologie est quelque chose de nouveau et qui s’apprend. En général les gens sont désemparés « qu’est-ce que je peux faire ? ». Il serait bon de l’enseigner à l’école, de faire de la communication, de proposer des guides des gestes simples à faire, pour que tout le monde comprenne et puisse agir.
2. Taxer ce qui est nocif : le carbone, les énergies fossiles, les poisons (engrais, pesticides, …) …
3. Bâtir un nouveau modèle énergétique qui compte plus sur la méthanisation, solution à mon sens la plus complète et efficace et dont on n’entend jamais parler. Elle permet non seulement de traiter des déchets et de produire un engrais naturel et efficace mais en plus de produire une énergie que l’on peut stocker : le gaz. Il est aujourd’hui possible d’injecter ce gaz (après traitement) dans le réseau de gaz naturel. Selon moi toutes les structures qui produisent des déchets organiques devraient la pratiquer : les ménages, les cuisines et restaurants, les exploitations agricoles, les industries agro-alimentaires … Cela permettrait en plus de créer des emplois pour le ramassage de la nouvelle fraction de déchets triés et le fonctionnement des unités de méthanisation. Il s’agit d’une activité locale puisque les déchets ne peuvent pas trop voyager et donc vertueuse à tous les niveaux.

Philippe

30 novembre 2015 à 6:23

Mon idée de rassemblement autour de la Cop21 pour ne pas laisser les jeunes en desherance adherer aux obscurantismes: faire des quartiers sensibles un modele mondial de developpement ecologique durable.

Mr Renard.

11 octobre 2015 à 1:16

Je pense que si vous comptez marquer une rupture avec les précédentes politiques menées n’importe comment depuis des années, il serait temps de reconsidérer les théories de l’économiste Thomas Malthus du moins pour le point sur le lien entre population et disponibilité des ressources. Car en effet, le système agricole actuel permet de nourrir 14 milliards d’humains, soit à peu près 2 fois plus que la population actuelle. Mais là n’est pas le problème, en soi loger et nourrir des milliards d’humains n’a rien de complexe.
La partie complexe vient au moment de leur trouver un travail, des loisirs, du confort, etc… qui prennent tous de l’espace au sol, sur la mer, dans les airs, qui génèrent eux aussi de la pollution dont on ne parle pas et surtout qui prennent cette place à la faune et à la flore. Faune et flore qui je le rappelle sont essentiels à notre propre survie en tant qu’espèce. Et ce n’est pas comme si on empiétait allègrement cette place depuis peu. Cela fait déjà des siècles ! que ce soit les milliers de forêts massacrées en Europe à la Renaissance pour faire des constructions en bois ou aujourd’hui l’entassement urbain de plus en plus intense quelque soit la taille de la commune. Ou les projets inutiles comme l’aéroport de Notre Dame des Landes ou le Barrage de Sivens dont l’intérêt semble bien plus personnel à quelques politiciens que pour la communauté. Sans compte que le bétonnage/bitumage des sols (pour loger, employer et distraire les populations) empêche l’eau (et bien d’autres choses) de pénétrer correctement la nappe phréatique, prend la place d’arbres qui sont les seuls filtres de l’air et de l’eau (j’exagère un peu, les algues aussi font de l’oxygène mais vous comprenez ce que je veux dire). Donc avec le « surplus » (j’aime pas ce mot mais je vois pas mieux) de population, nous avons à la fois plus de pollution (dont on ne peut seulement que ralentir l’augmentation même en optimisant au mieux notre mode de vie) et de l’autre côté on réduit progressivement la capacité de la Terre elle même à « nettoyer » cette pollution.

Tout ça pour dire qu’il est temps d’au moins arrêter d’encourager les gens à faire plus de deux enfants. Dans l’idéal (sur le papier donc) il faudrait carrément un contrôle des naissances. L’idéal à l’application serait, selon moi, d’arrêter d’encourager les naissances. En supprimant les allocs familles nombreuses (et éventuellement en les redistribuant dès le premier enfant et en s’arrêtant d’en cumuler au 2eme) et en refondant tous les systèmes qui se basent sur le principe que la génération suivante sera plus nombreuse que la précédente donc on pourra les charger comme des bœufs pour qu’ils réparent nos conneries (typiquement, le système des retraites). Bref, quoi qu’il en soit, je pense qu’il est temps d’accepter qu’il n’y a pas que les populations animales qui ont besoin d’être régulées.

Anais

10 octobre 2015 à 1:41

Bonjour,
Dans l’optique de devenir Animatrice nature pour sensibiliser la jeunesse des maux de la terre quelle subit actuellement, je souhaite mettre une pierre à l’édifice pour enseigner les valeurs de la nature elle-même. Nous avons tendance à oublier d’où nous venons vraiment. Nos racines c’est la terre que l’on a sous nos pieds. Je pense que nous devons tous apporter un peu de soi, pour réparer les bêtises faites par nous. Nous sommes tous responsables de la destruction de notre belle planète. A nous de la sauver! soyons des héros verts !…..

Julien

8 octobre 2015 à 2:02

Il y aurait tant à dire et à faire sur tous les sujets importants mis en exergue. Je ne vais pas haranguer une vérité toute faite, mais plutôt, participer à ma façon.

Transition énergétique: arrêt des subventions pour l’exploitation des énergies fossiles et ouverture du marché « énergie propre et renouvelable ». Renforcer la protection du littoral Français.

Sylvain

8 octobre 2015 à 1:19

Ecologie : on n’a plus le temps d’attendre, il faut arrêter d’être timide dans les mesures comme le fait le gouvernement actuel (diesel, circulation alternée, journée sans voiture, transport routier….) dans le seul but d’attirer les ecolo tout en conservant leur électorat. L’écologie est aussi une grande source d’activité.

Michael

7 octobre 2015 à 7:32

Bonjour,
Je tiens à adresser une idée permettant la réduction des importations d’énergies fossiles ou encore de combustibles nucléaires. La France possède un déficit énergétique de plus de 70 milliards d’euros par an, du aux nombreuses importations notamment de pétrole et de gaz. Une possibilité pour réduire ces consommations est de développer la filière bois qui est extrêmement mal exploitée par les collectivités. En effet, Le bois, considéré comme une énergie renouvelable possède un formidable gisement qui pourrait permettre une réduction jusqu’à 25 Mtep/an si les politiques engagent une réforme volontariste pour développer cette filière (sur une consommation annuelle d’environ 250 Mtep/an, dont 57 Mtep d’importation de pétrole).

Ainsi, pour cela il faudrait mener des actions en trois temps:
-Nationaliser une partie des forêts françaises peu ou pas exploitées par les particuliers pour obtenir le bois.
-Développer les différents réseaux de chaleur à l’échelle nationale qui peuvent être créés en parallèle avec les grands projets en France (Projet Grand Paris, 2 ème Ligne de Tramway à Nice,…).
-Subventionner les différentes collectivités pour instaurer des poêles à bois plutôt que des chaudières à gaz ou le chauffage électrique.

Il faudrait bien sûr mener une étude beaucoup plus poussée pour étudier la viabilité d’un tel projet, cependant, je crois en cette énergie propre et surtout présente sur notre territoire.

    Cyril

    7 octobre 2015 à 7:33

    Bonjour Michael,

    Après avoir parcouru votre message attentivement, je tenais tout de même à soulever quelques notions qui permettront, à mon avis, d’enrichir le débat sur la question de l’autosuffisance énergétique. Ces notions ne sont données qu’à titre d’exemple et ne rentrent pas nécessairement en contradiction avec vos propos :
    d’un point de vue financier :
    – le coût de production d’électricité grâce à des centrales thermiques fonctionnant au bois est-il attractif, comparé à l’utilisation du charbon, du pétrole ou du nucléaire ?
    – le bilan économique d’un chauffage des particuliers avec le bois (plantation, abattage, coupe, transport, matériel pour particulier), notamment pour desservir les zones urbaines n’est-il pas aberrant ?
    – toute coupe de bois, pour être considérée renouvelable, doit être suivie d’une replantation, naturelle ou artificielle. Dans le cas d’une production à grande échelle, la déforestation est donc un point essentiel (et économiquement contraignant).

    d’un point de vue écologique :
    – le bois, comme toutes les autres énergies type organiques, produisent du dioxyde de carbone, tout autant que peut le faire le charbon, le pétrole ou la biomasse.
    – peut-on assurer un renouvellement de cette énergie, c’est-à-dire, assurer au pays que l’utilisation du bois pour le chauffage ou la production électrique n’entamera pas déraisonnablement les ressources ?
    Encore une fois, ces notions ne sont données qu’à titre d’exemple.

      Yannick

      11 janvier 2016 à 9:02

      Le bois est une énergie renouvelable ! sa mauvaise utilisation ou sa combustion incomplète peut être problématique, mais sinon :

      principe de chimie : Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme.
      C (carbone) + O2 = CO2 (c’est la combustion du bois en très simplifiée)
      6 CO2 + 6 H2O + énergie lumineuse → C6H12O6 (glucose) + 6 O2 (c’est la production du bois en très simplifié).
      Oui, le bois … est une énergie solaire ! un moyen de stocker l’énergie solaire !!! Et de la restituer sous forme de chauffage et même de lumière au moment décidé !

      niveau stocks : la France se reboise ! (+25 millions de m3 par an). Bonne nouvelle, nous stockons de l’énergie pour nos enfants et petits-enfants !

Répondre

Suivez-nous sur Twitter

Nos publications Facebook

Le Réveil de la France

1 month 4 weeks ago

Pour continuer le réveil de la France, nos fondateurs Nicolas Taupin et Sébastien Taupin ont décidé de poursuivre leur engagement et de se déclarer candidat aux législatives dans les Yvelines. 👉 Le site de campagne : www.nicolastaupin2017.fr

Le Réveil de la France

3 months 1 week ago

"Jean Lassalle est le seul candidat ouvert aux citoyens et à la jeunesse"
➡ Découvrez notre témoignage diffusé hier au JT de France 3

Le Réveil de la France

3 months 2 weeks ago

Sébastien Taupin, président de notre think tank Le Réveil de la France, était l'invité ce soir de la chaîne Yvelines Première. Découvrez les raisons de son engagement aux côtés de Jean Lassalle pour la Présidentielle #LeTempsEstVenu

Inline
Inline